Efficacité de la kiné respiratoire

 

 

 

mémoire

Prise en charge de la bronchiolite en cabinet de ville : évaluation de l’effet de la kinésithérapie respiratoire sur la qualité de vie des nourrissons

Rapport de recherche présenté par : Pierre Claves
Yann Baudet directeur de mémoire Masseur-Kinésithérapeute
Et du Master 1 Mouvement Performance Santé Ingénierie

Année : 2015

RÉSUMÉ

Introduction : La bronchiolite virale est responsable chaque année de l’hospitalisation d’un grand nombre de nourrissons. Son traitement, essentiellement symptomatique, basé sur la kinésithérapie respiratoire ne fait aujourd’hui encore pas consensus. Les récentes études n’ayant pas fait preuve de l’efficacité de l’augmentation du flux expiratoire (AFE) dans la prise en charge de la bronchiolite en milieu hospitalier, nous nous sommes interrogés sur l’effet de l’AFE en milieu ambulatoire, qui représente la plus grande part des prises en charges de kinésithérapie respiratoire.
Objectifs : Cette étude avait pour objectif d’analyser l’efficacité de la kinésithérapie respiratoire sur la qualité de vie des nourrissons en milieu ambulatoire. Les critères de jugement étaient la qualité du sommeil et de l’alimentation.
Méthode : L’alimentation et le sommeil ont été évalués par le biais d’une Echelle Visuelle Analogique, en interrogeant les parents. Ces évaluations ont été réalisées au début de chacune des trois séances de kinésithérapie respiratoire. Nous avons ensuite analysé l’évolution de ces paramètres au cours des séances.
Résultat : La tendance est à une amélioration significative de la qualité du sommeil entre chaque séance. La qualité de l’alimentation est aussi améliorée au cours du traitement.
Conclusion : Il existe une évolution positive de la qualité des prises alimentaires et du sommeil des nourrissons évaluées au cours des séances. Ce bénéfice pourrait être dû au traitement de kinésithérapie respiratoire. Cependant l’absence de groupe contrôle n’exclue pas que les améliorations mises en évidences soient liées à l’évolution naturelle de la maladie.

Mots clés : Bronchiolite, kinésithérapie respiratoire pédiatrique, exercice libéral, Augmentation du Flux Expiratoire, alimentation, sommeil

CONCLUSION

Avec 460 000 cas chaque hiver, un coût financier important, et une augmentation des hospitalisations, la bronchiolite se pose année après année comme un problème de santé publique majeure. L’absence de traitement médical impose une prise en charge essentiellement préventive et symptomatique basée notamment sur la kinésithérapie respiratoire.

Régulièrement au centre des débats, la kinésithérapie respiratoire doit faire face au manque de preuve de son efficacité. Les études réalisées jusqu’ici n’ont pu justifier l’utilisation de l’AFE en milieu hospitalier. Cependant bien que représentant une des premières causes d’hospitalisations, la prise en charge de la bronchiolite en France est majoritairement ambulatoire. Les études portant sur la prise en charge de la bronchiolite en milieu ambulatoire étant peu nombreuses, nous nous sommes intéressés à l’efficacité de la kinésithérapie respiratoire dans ce type de population. Dans la bronchiolite, les motifs de consultation sont divers. Deux facteurs souvent cités sont les perturbations de l’alimentation et du sommeil de l’enfant. La kinésithérapie respiratoire n’ayant d’action que sur les symptômes de la maladie et non la maladie elle-même, nous avons voulu voir si elle avait un effet positif ou non sur la qualité des prises alimentaires du nourrisson, et sur la qualité du sommeil des nourrissons.

La tendance des résultats suggère une amélioration de la qualité de l’alimentation et du sommeil des nourrissons en lien avec la réalisation des séances de kinésithérapie respiratoire. Ces résultats ne peuvent être directement associés à l’efficacité du traitement de par l’absence de groupe contrôle et de par la faible taille de la population évaluée. Cependant ils montrent l’importance de l’évaluation de la qualité de vie des nourrissons dans la bronchiolite. Ces paramètres constituent un moyen intéressant de suivi de l’impact de la pathologie sur la qualité des échanges respiratoires des nourrissons. Il est important de trouver des outils fiables pour suivre l’état clinique des nourrissons. Ces outils devant être adaptés aux objectifs et aux possibilités de la prise en charge en libéral. Le suivi de la qualité des prises alimentaires et du sommeil pourrait ainsi être intégré dans le suivi clinique du nourrisson en milieu ambulatoire. L’EVA semble être un moyen intéressant d’évaluation de la qualité de vie des nourrissons. Cependant son utilisation dans ce cadre nécessite d’avantage d’études concernant sa reproductibilité.

En tant que pré-étude, notre travail de recherche n’avait pas pour objectif d’apporter des certitudes quant à l’efficacité de la kinésithérapie respiratoire, mais de donner des pistes de réflexions pour la réalisation d’une étude à plus grande échelle en milieu ambulatoire. Devant le peu d’études sur la bronchiolite effectuées en milieu libéral, la réalisation d’études supplémentaires apparait comme primordiale. La mise en place de protocole de recherche contrôlé et randomisé est cependant compliquée et freine l’avancé de la recherche sur la kinésithérapie respiratoire.

L’hétérogénéité des pratiques de kinésithérapie respiratoire dans le monde peut rendre la compréhension difficile pour le grand public. Les pratiques anglo-saxonnes regroupées sous le terme de Conventional Chest Physiotherapy n’ont à l’heure actuelle montré aucune efficacité dans la prise en charge de la bronchiolite. En France seules l’Augmentation du Flux Expiratoire et l’Expiration Lente et Prolongée sont recommandées. Une étude comparant ces deux techniques pourrait permettre de déterminer laquelle est la plus efficace, et donner une ligne de conduite aux kinésithérapeutes.

D’avantages d’études sont donc nécessaires afin d’évaluer l’efficacité de la kinésithérapie respiratoire en milieu ambulatoire. Le rôle du kinésithérapeute doit être précisé : la kinésithérapie respiratoire doit-elle être prescrite de manière systématique, ou doit-elle être réservée aux cas d’une certaine gravité. Le kinésithérapeute demeure un des principaux professionnels en charge de la surveillance de l’état l’enfant, de l’éducation des parents aux normes d’hygiène et d’apprentissage aux gestes de désencombrement.

Pour plus d’information ou pour aller plus loin, je me ferais un plaisir de vous envoyer le mémoire de recherche complet : ybaudet@gmail.com