Pathologie bronchiolite

La bronchiolite est une maladie des petites bronches due à un virus répandu et très contagieux. D’où l’utilité de la kinésithérapie respiratoire car la bronchiolite touche prés de 30% des nourrissons chaque hiver.

Le virus se transmet par la salive, les éternuements, la toux, le matériel souillé par ceux-ci (jouets, etc .) et par les mains. Ainsi le rhume de l’enfant et de l’adulte peut entrainer la bronchiolite du nourrisson.

La bronchiolite débute par un simple rhume et une toux qui se transforme en gêne respiratoire souvent accompagnée d’une difficulté à s’alimenter.

L’enfant tousse, s’essouffle et le passage de l’air dans ses bronches provoque un sifflement perceptible à l’auscultation et parfois même à l’oreille.

La bronchiolite atteint le plus souvent l’enfant de moins de deux ans et se caractérise par une obstruction des bronches de petits calibres, les bronchioles.

Le responsable est un virus (VRS, virus respiratoire syncytial) qui provoque une épidémie chaque hiver d’octobre à mars.

La bronchiolite évolue en deux étapes :

Tout commence par un banal rhume ou rhinite, parfois sans fièvre ni aucun signe inquiétant : c’est une atteinte des voies respiratoires aériennes. Le pharynx et le nez sont les portes d’entrée du virus (VRS…) D’installation brutale  il est souvent liée à un phénomène contagieux : crèche (etc…)

Les symptômes : un nez qui coule, une toux, des sibilants (sifflements), une difficulté à manger et à dormir…Les secrétions peuvent être présentes ou non.

La deuxième étape se concrétise par une atteinte des voies aériennes intra-thoraciques (2 à 3 jours).
Dans un cas sur cinq, l’infection ne se résout pas spontanément et se propage vers les bronches et les bronchioles.
Cette atteinte se caractérise au niveau physiopathologique par une infiltration bronchiolaire, des sécrétions bronchiques, avec formation de bouchons muqueux, ralentissement de l’activité ciliaires, et bronchospasme.

L’enfant tousse, s’essouffle et le passage de l’air dans ses bronches provoque un sifflement perceptible à l’auscultation et parfois même à l’oreille. Les nourrissons âgés de 3 à 9 mois sont les plus exposés au risque de bronchiolite, pour des raisons anatomiques, notamment, qui tiennent au calibre des bronchioles. Cette gêne respiratoire peut occasionner un épuisement du nourrisson mais également des troubles de l’alimentation (vomissements…).